Le Syndicat Mixte d'Elimination et de Valorisation des Déchets

La valorisation et le traitement de nos ordures ménagères

Des questions relatives à la protection de notre environnement, à la modération des coûts et à l'évolution de notre société et de nos comportements.

Parmi les dossiers collectifs qui préoccupent légitimement les élus locaux et les habitants des communes, la collecte et l'élimination des ordures ménagères prennent maintenant une importance considérable. En effet, depuis 10 ou 20 ans, l'incinération ou l'enfouissement "en vrac" de tous nos déchets sont devenus des sujets tabous du point de vue de la lutte contre les pollutions de l'air, des sols et eaux. L'heure est maintenant devenue celle du tri sélectif et de la valorisation de "l'or" de nos poubelles car nos déchets redeviennent des matières premières.

C'est bon pour notre environnement puisque cela permet d'économiser d'importances ressources naturelles, c'est bon pour les finances publiques car le recyclage d'une partie plus importante chaque année permet de réaliser des recettes là où l'élimination entraîne des dépenses très lourdes, c'est bon enfin pour l'emploi puisque le tri et le recyclage génère beaucoup plus d'emplois que la mise en décharge.

Il a fallu pour cela organiser une structure intercommunale suffisamment forte pour mettre en oeuvre à la fois la construction des équipements nécessaires et la constitution des réseaux et des filières de recyclage et de valorisaion les plus efficaces possibles.

Tel est l'enjeu que le SYMEVAD, syndicat intercommunal constitué par deux communautés d'agglomération (dont celle du Douaisis à laquelle adhère notre commune) et une communauté de communes, est en train de réussir pour devenir dans ce domaine un territoire de référence. Ce sont donc 82 communes regroupant 312.000 habitants qui sont représentées par ce syndicat intercommunal.

 

  • Quelques chiffres

 

Le Symevad traite (derniers chiffres connus) 220.000 tonnes de déchets par an soit plus de 700 kg par an et par habitant qui se décomposent de la manière suivante : 265 kg/an/ht d'ordures ménagères résiduelles (poubelles vertes), 70 kg/an/ht de déchets triés (poubelles jaunes ou marrons), 36 kg/an/ht de verre, 55 kg/an/ht de déchets verts, 260 kg/an/ht de déchets collectés les jours d'"encombrants" ou portés dans les déchèteries (4 dans le territoire de la Communauté d'Agglomération du Douaisis).

Depuis 5 ans, on observe une diminution sensible des quantités d'ordures résiduelles (-12% en 5 ans) ce qui témoigne d'un effort de tri et une hausse très forte et continue des tonnages collectés en déchèterie.

Pour autant, il faut toujours penser que les déchets les meilleurs sont ceux que l'on ne produit pas. Parmi les gestes économes, on peut suggérer ou recommander :

- apposer un autocollant STOP PUB sur sa boîte aux lettres (35 kg de publicités/an/habitant estimées),
- faire son compost individuel,
- limiter les achats avec emballages nombreux et encombrants,
- privilégier les produits concentrés ou éco-rechargeables

 

  • Les nouveaux équipements

 

1. Le centre de tri construit à Evin-Malmaison

C'est l'exemple concret de la démarche globale de développement durable associant toutes ses composantes :

- environnementales : amélioration des performances de recyclage, production d'énergies renouvelables,
- humaines : création d'emplois, démarches d'insertion,
- comportementales : approches d'exemplarité, pédagogique, de sensibilisation à l'environnement,
- économique : diminution des coûts de tri, efficacité du recyclage.

Les déchets issus de la collecte sélective sont d'abord traités par des machines de tri automatique les séparant selon le type de matériau, leur taille, leur forme, leur poids etc... Les déchets sont séparés en 10 catégories : papier, carton, plastique, acier, aluminium...pour être acheminés dans des centres de recyclage.

En recyclant l'aluminium, on économise 95% de l'énergie nécessaire de première fusion, chaque tonne d'acier recyclée fait économiser 1 tonne de minerai, chaque tonne d'emballage carton recyclé fait économiser 2,5 tonnes de bois, chaque tonne de plastique  recyclé permet d'économiser 700 kg de pétrole brut.

Cependant, il faut encore attirer l'attention de chacun sur les erreurs de tri qui coûtent 3 fois plus cher compte tenu des manipulations qu'il est nécessaire de réengager en re-transportant les déchets refusés dans de nouveaux sites de déchets ultimes.
Ce centre de tri a coûté 15 millions d'euros et a obtenu 2 millions d'euros de subventions.

 

2. L'unité de tri valorisation Matière et Energie : une première en France

Jusqu'alors la plupart des usines de traitement se résumaient à des incinérateurs.
L'usine mise en service en 2015 a une capacité de 100.000 tonnes par an : les concepteurs sont partis d'un postulat : les déchets résiduels qui échappent au tri sléectif recèlent encore un vrai potentiel énergétique.
Ainsi au fil de plusieurs transformations, les déchets ménagers entrés dans cette usine de valorisation en sortent sous la forme de gaz biométhane par GDF SUEZ et injecté dans le réseau "gaz de ville", de produits valorisables ou de combustibles solides de substitution à utiliser pour les fours des cimenteries régionales.
Sa conception a été calquée sur l'expérience réussie d'un syndicat de traitement de Kahlenberg en Allemagne dont l'unité fonctionne sans interruption depuis 7 ans.
D'un coût de 50 millions, cette unité a bénéficié de 8 millions de subventions de l'Europe et de l'Etat.

 

3. La Ressourcerie d'Evin Malmaison

Elle récupère les objets en bon état de marche ou réparables déposés dans les déchèteries (meubles, quincaillerie, luminaires, jouets, outillages, électroménagers...) et les répare pour les revendre à bas prix dans l'un des 3 magasins de la Ressourcerie (Carvin, Drocourt, Evin).

 

4. La future usine de traitement des déchets verts et de production de compost

Elle sera construite prochainement à Vitry-en-Artois et remplacera l'usine de Sin-le-Noble devenue complètement obsolète après 40 ans d'existence.